Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Déc 21, 2018 in Non classé |

Vœux 2018

L’avantage d’une fin d’année, ce sont les vacances et les fêtes qui viennent clore le cycle. Un repos bien mérité, mais pas toujours reposant. L’occasion bien souvent de se déplacer, de retrouver avec tant de joie la famille. 

Ah ! La famille ! Ce système fondateur ou modélisant de tous les autres collectifs, tellement riche et impossible, tellement complexe, avec ses non-dits, ses dérives sectaires parfois tant elles coupent les relations plus qu’elles ne relient les personnes, ce système où tout est possible par la diversité des nourritures, des violences et des secrets qui s’y passent.

Mais tellement riche aussi. Ou pas. Cela dépend aussi de soi.

Cette année finira par le mois de décembre (quelle idée de ne pas le finir à la fin de l’hiver ou au sommet de l’été), avec un attentat à Strasbourg et un mouvement social tout en jaune et prévisible, à l’image du mouvement de fond qui a vu naître politiquement notre Président : quel « reflet systémique » vivons nous ! 

En effet, notre Président a émergé de nulle part, d’un collectif de politiciens dans lequel il était inconnu, par un ersatz ou un essai de démocratie participative, comme les représentants des gilets jaunes inconnus sur la grande scène voilà quelques mois encore, qui ont émergé avec les mouvements et les réseaux sociaux. 

Un Président qui cherche à faire de son mieux mais qui est tellement loin de représenter ceux qu’il est sensé représenter, comme ces représentants des gilets jaunes dans quelques mois face au mouvement politique qu’ils créent à l’image d’En Marche à une époque pas si lointaine.

Un Président qui prend de plein fouet la crise psycho-sociale, cycle ouvert depuis l’après guerre, mûri en mai 68, une crise qui s’exprime dans tout ce qui tenait l’individu dans un collectif avec ses règles sociales établies : l’éducation, la famille, la religion, les systèmes financiers, l’autorité… tout ce que confrontent avec violence et en vrac les « gilets noirs teints en jaune ».

Nous assistons enfin à l’arrivée d’une ébauche de sociocratie en remplacement de la vieille démocratie qui n’a qu’à bien se tenir et nous tenir encore, tant elle représente la dernière des règles politiques et sociales.

L’année à venir va voir naître bien des joies, des envies, des contraires, des doutes, des souffrances à accompagner, des engagements professionnels et personnels, et pour ma part et pleinement conscient du contexte, la naissance de mon troisième enfant.

La famille s’agrandit, accueille le changement, ses cris et ses découvertes, avec la croyance que la relève prendra la relève, d’un monde plus conscient de ses enjeux, plus en amour et en respect avec soi-même et avec l’autre, plus relaxé et naturel, même dans les turpitudes. C’est là ce que je pose comme intention en cette année à venir.

On en reparle dans quelques mois, comme de toutes les bonnes intentions.

Joyeuses fêtes et bonne année !